Depuis mon séjour à l'Institut National de Gemmologie, je reste fascinée par les pierres. Déjà parce que j'aime les couleurs, et qu'elles portent toutes les couleurs de l'arc en ciel, de la transparence à l'opacité. L'homme a beau s’échiner en créant des matières synthétique et autres verres colorés, jamais il n'a réussi à reproduire l'éclat des matières naturelles.

L'autre point attachant des gemmes est que l'on peut retracer une part de leur vie juste en les regardant (de très près si possible). Les cristaux se développent très lentement, et comme nous, parfois des éléments extérieurs les perturbent dans leur cycle, par exemple un tremblement de terre créé parfois des trous béants dans la pierre. D'autres inclusions embellissent d’avantage la pierre, comme par exemple les fameuses ailes de papillon de l’émeraude qui ressemblent à un amas organisé de gouttes de rosée.

De plus, en grandissant, la pierre absorbe les éléments chimiques qui l'entourent, que l'on peut identifier une fois la pierre taillée. Il est donc tout à fait possible de retracer la provenance exacte d'une pierre.

Toutes les pierres que j'intègre dans mes bijoux sont des pierres naturelles. J'utilise une variété très importante de pierres. Je les achète aussi bien sur les marchés de Thaïlande, qu'au salon Bijorhca de Paris. Certaines pierres sont plus difficiles à trouver, surtout les pierres brutes, mais ,de nos jours, avec assez d'acharnement et une connexion internet, on peut tout trouver !