Les perles se forment dans la coquille d’une huître lorsqu’un grain de sable (ou autre structure animale, végétale ou minérale) vient se loger dans le tissu de l'huître. L’huître est gênée par cet « irritant » et pour l’éjecter plus facilement, elle sécrète autour des couches successives de nacre. Au bout de quelques années la perle est assez grosse pour que l'huître puisse finalement s'en débarrasser.

On dit que l'on peut ouvrir 5000 huîtres avant de trouver une perle. Il faut en effet beaucoup de chance pour que le timing soit bon : que la perle soit bien formée mais pas encore assez grosse pour que l'huître l’ai recrachée dans la mer.

Pas étonnant que la culture de perles se soit rapidement développée. L’homme les cultive dans des fermes, gérées par des perliculteurs. Ils stimulent la création d’une perle en insérant un noyau par une opération quasi chirurgicale.

On commence véritablement à les cultiver à la fin du 19ème siècle au Japon, avec principalement le chercheur Kokichi Mikimoto. Si cette technique a permis la production en grande quantité de perles, elle a aussi permis de contrôler le diamètre de la perle, déterminé par la taille du noyau que l’on insère dans le tissus de l'huître.

Plus de détails